Dessins et collages

Les dessins et collages constituent la part principale de l’oeuvre de Marcel Miracle, produits le plus souvent selon des séries plus ou moins thématiques, L’artiste y affronte la page comme espace de création. Cette prise de possession s’organise parfois librement, parfois par des partis pris graphiques, qui confèrent leur unité à la plupart des séries. Outre des feuilles vierges, d’autres supports sont mis à contribution, stimulant l’inspiration de l’artiste: enveloppes et sachets, rebus d’imprimerie, etc.

Les êtres de grande présence

2019

Série d’une quinzaine de collages et dessins, exposée notamment au salon AKAA, Paris 2019

“Rien n’existe qui ne doive son existence au regard. A chaque organisation sensorielle différente, un regard différent.  Pour l’être humain le problème est plus sérieux puisque l’évolution culturelle a pris le pas sur l’évolution biologique. L’oeil, ici, est l’oeil du cyclone : c’est le regard du fabulator nocturne, qui s’accroupit et devise sur le monde. On trouve, dans les gravures anciennes des voyageurs, un constat du monde axé sur l’apparence étrange des êtres rencontrés : hommes et femmes de grande présence tous signés, siglés de scarifications, de coiffures mirifiques et de regards perdus, profonds. Ce regard là, personne ne peut le rendre. J’ai essayé de reprendre ces gravures anciennes pour dire ce qu’il y avait en elles : la fascination du monde invisible.” MM

Leiris Journal 1923-1924

2017

Série de six collages format 30×40 cm. Le titre se réfère au journal de la période de jeunesse de Leiris, celle de sa découverte du surréalisme et de l’avant-garde des années folles. Les planches font appel à de complexes agencements de calques, rendant hommage à la future méthode d’approche de Leiris, par juxtapositions et collages

XIVertiges

2016

Ensemble de 4 dessins et collages évoquant le texte de G. W Sebald “Il ritorno in patria”, dernier chapitre de “Vertiges” (“Schwindel, Gefühle”, 1990).

La série a été exposée à Evora en 2018, puis dans l’exposition d’ouverture de la galerie Magnin-A.

R.A.T.S. Ring around the sun

2016

Série de huit dessins et collages évoquant le roman de science-fiction de Clifford D. Simak “Ring around the sun” (1952). Miracle s’attache particulièrement au thème de la toupie multicolore faisant passer d’un monde à un autre, apparenté au thème du tourbillon récurrent dans son oeuvre.

Série exposée en 2018 à l’ouverture de la Galerie Magnin-A 

Images sébaldiennes

2015

Ensemble de 15 planches en noir-blanc alternant dessins et textes poétiques, format 30×40 cm. Comme dans la série de 2016, Miracle y évoque le chapitre “Il ritorno in patria” extrait de “Vertiges” de G. W. Sebald (1990)

Encyclopédie Grégoire Simpson

2013-2015

Fasciné par l’écrivain Georges PEREC, ils ont en commun le goût des histoires, des espaces flottants et surtout l’observation du spectacle du quotidien. Sa rencontre avec « La Vie mode d’emploi » de Georges Perec a été décisive, en particulier celle du chapitre 52 de ce livre. On y lit que Grégoire Simpson (le personnage) s’essaya au porte-à-porte, proposant dans les étages des «livres d’art» ou d’horribles encyclopédies…

Aussi est venue l’idée de créer cette encyclopédie: l’encyclopédie Grégoire Simpson. Marcel Miracle a alors référencé et illustré chaque nom ou expressions du chapitre, y associant à chaque fois une page d’encyclopédie de la même époque que la vie mode d’emploi. Au total, 582 planches sont nées de ce jeu entre l’écriture, les objets, les images et les indices. C’est un ensemble exceptionnel qui plonge le regardeur dans une traversée inépuisable et qui place une fois de plus Georges Perec et Marcel Miracle en miroir. Voir le commentaire original de Miracle.

L’encyclopédie Grégoire Simpson comporte 582 oeuvres originales, dessin et collage sur carton gris, format 15×21 cm. Elle a été réalisée entre 2013 et 2015.
Ces planches se répartissent en 21 coffrets de 26 dessins (13 mots illustrés et 13 planches d’encyclopédie revisitée) et 1 coffret de 36 dessins.
L’Encyclopédie Grégoire Simpson a été présentée dans son intégralité une première et unique fois à la Galerie LIGNE treize Carouge-Genève en novembre 2015. Actuellement elle est répartie chez 15 archivistes en Suisse et à l’étranger. A ce jour seuls quelques coffrets sont encore disponibles à la Galerie LIGNE treize.

Les misérables affaires

2014

Dans cette série de huit dessins et collages de grand format, Marcel Miracle évoque l’inventaire de la chambre dans le récit “Un homme qui dort” de Georges Pérec (1967). On retrouve cette histoire dans le chapitre 52 de “La vie mode d’emploi” (1978), où Pérec reprend l’inventaire de la chambre quittée par son occupant Grégoire Simpson.

Cendrars

2014

Série de 24 dessins et collages sur enveloppes de grand format. Marcel Miracle lit Cendrars depuis l’âge de 14 ans. Pour cette série, il a travaillé à partir d’éléments biographiques de Cendrars et des textes comme “Bourlinguer”, “L’eubage”, “Partir”.  Il a extrait de ces écrits des images et des mots qu’il a associés à son propre répertoire. Il en résulte un monde de couleurs, de formes et de références cachées.

Cendrars et Miracle : deux labyrinthes se superposent, offrant une lecture inépuisable.

Aphorismes

2012

Série de 174 dessins en noir blanc, format 30×40 cm.

Evoquant un séjour entre Djerba et le Djerid, Miracle associe icônes graphiques et textes minimalistes en forme de haïkus.

Un homme qui dort

2011

Avec « un homme qui dort », Miracle va rejoindre le territoire de l’absence. Ce texte, publié en 1967, est le récit d’un homme qui se retire du monde, car celui-ci ne lui parle plus. C’est un roman sans dénouement qui reprend les thématiques de la réclusion dans la chambre, l’errance somnambulique dans la ville indifférente, l’anesthésie du désir … Pour parvenir à l’exercice de cette « vie suspendue », Miracle dévoile un ensemble de 33 planches (30+3), de formats et de structures identiques jouant ainsi de l’effet de saturation et de répétition du texte. Le puzzle, cher à Perec, introduit les indices graphiques : accumulation d’objets, de silhouettes et de collages déchirés de bandes dessinées. Miracle crée ainsi des espaces noir et blanc comme le jour et la nuit, des espaces dérisoires pour échapper à tout ce qui fait sens. Cet ensemble plonge le regardeur dans une traversée immobile et place Georges Perec et Marcel Miracle en miroir. La série complète a été exposée à la galerie LIGNE treize en 2012.

Street

2011

“Une chambre vide où j’entre seul en criant, une épée à la main” Stanislas Rodanski

Série de 30 dessins et collages, format 30×40 cm. En hommage au poète, Miracle multiplie les variations rivées à l’angle d’une pièce jusqu’au point d’en remettre en cause le dispositif. On retrouve cette organisation de l’espace dans de nombreuses œuvres, comme dans “Visions de Thamühl”.

Petit manuel de minéralogie prophétique

2009

Série de 39 dessins et collages sur papier kraft, format 50×70 cm.

Projetée à l’origine comme une bande dessinée, cette série a été complétée en 2010 par un ensemble de textes et de poèmes pour être éditée par Art&Fiction avec le sous-titre “Une aventure de Marcel Miracle au Sahara”, Les planches, comme le livre, s’organisent en sept chapitres d’un véritable parcours initiatique.

Fissures 1969

2009

“Sans doute il ne s’en faut que d’un fil, mais un rien, ce n’est pas rien” Michel Leiris

Série de trois planches format 30×40 cm encadrées par des extraits des trois premiers poèmes du recueil “Fissures” de Leiris. C’est aussi un hommage formel à certaines œuvres de Frédéric Brulé Bouabré. Ces planches ont focalisé l’attention à l’exposition Leiris & Co du Centre Pompidou Metz en 2015.

Marcel Miracle